• L'humour des touriste

    Humour avec les questions des touristes dans le sud-ouest 

    Blog de chipiron :Un chipiron dans les Landes, Humour avec les questions des touristes dans le sud-ouest

    Sud-Ouest.fr a recueilli auprès des professionnels du tourisme périgourdins les questions les plus étonnantes et cocasses qui leur ont été posées ces dernières semaines

    Extrait du SUD-OUEST, en lire plus ICI

    Des anecdotes qui valent leur pesant de produits "made in Périgord"

    Les touristes adorent les produits de la Dordogne et cherchent à mieux les connaître. Lors d’une randonnée à côté de Villefranche-du-Périgord, un Canadien qui regardait une bogue de châtaigne a posé cette question à l’accompagnateur : « Qu’est-ce que c’est que cette petite bête ? »

    À Sorges, le bureau d’information du Périgord gourmand se confond avec l’Écomusée de la truffe. Lors des visites au musée, les guides soulignent que ça coûte environ 1 000 euros le kilo. Et un monsieur a fait la remarque suivante : « Quand même, c’est un peu cher pour du chocolat ! » Quelqu’un d’autre pensait que la truffe poussait à la place des glands.

    Les guides, pour parler des différentes méthodes pour trouver les truffes, racontent qu’il y a le cavage, avec des chiens qui creusent lorsqu’ils sentent le parfum du champignon souterrain, mais aussi une technique moins connue, avec des mouches qui se posent et pondent leurs œufs aux endroits où des truffes ont mûri. Alors, un touriste s’est interrogé si on ne s’embêtait pas, le soir, pour rattraper toutes ces mouches…

    À Thiviers, lors de la visite de la Maison du foie gras, les guides parlent des produits phares de la Dordogne : la truffe, la fraise, la noix… Et la blonde d’Aquitaine. Un monsieur n’a pas hésité : «Est-ce que c’est une bière?» Souvent, durant ces visites, les gens sont contents car ils s’attendent à voir au premier étage… des oies vivantes. Une personne a même demandé à la guide : « C’est vous qui gavez les oies ? »

    Enfin, dernière anecdote qui vaut son pesant de foie gras, à Beaumont-du-Périgord : lors d’un circuit à la ferme, à la rencontre d’un producteur de canards, une personne voulait savoir combien on pouvait faire de foies gras avec un seul canard. Il lui a été expliqué que l’animal partait à l’abattage et qu’il ne donnait donc qu’un foie. Mais la personne s’est mise en colère, a dit que ce n’était pas possible, qu’on devait recoudre le canard et que le foie repoussait. « Moi, je me suis fait opérer deux fois et je peux vous dire que ça repousse ! »

    Je pense que nous avons tous, un jour ou l'autre posé certaines questions, tout aussi bête

    et qu'on a vite regreté.

    « La Stévia et nos animaux de compagnieLe site de Brassempouy »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :